Henry Chavancy

Pour parler d'un joueur en particulier ...
dorgda
Messages : 10420
Inscription : 27 déc. 2011, 17:36

Re: Henry Chavancy

Message par dorgda » 24 nov. 2017, 14:34

http://www.rugbyrama.fr/rugby/test-matc ... tory.shtml

Un article qui resume bien Henry. C'est que ce n'est pas un joueur extraordinaire mais quand il est la je ne suis jamais inquiet car il se troue tellement peu et rattrape tellement les caguades des autres qu'il rassure et permet aux autres de jouer liberé

chomelaregle
Messages : 5502
Inscription : 21 déc. 2009, 10:57

Re: Henry Chavancy

Message par chomelaregle » 07 avr. 2019, 07:44

Chavancy : « Est-ce qu’on va se relever ? Je ne sais pas »

INTERVIEW EXCLU RMC SPORT - Le trois-quarts centre du Racing 92 ne cache pas la période très difficile traversée par le club francilien depuis une semaine et la cruelle élimination en quart de finale de Champions Cup devant le Stade Toulousain. Henry Chavancy évoque également les propos assez durs tenus de son président, Jacky Lorenzetti, et le déplacement de ce dimanche à Clermont (21e journée du Top 14, à partir de 16h50).

Dans quel état d’esprit êtes-vous après l’élimination subie dimanche dernier en quart de finale de la Champions Cup face au Stade Toulousain (21-22) ?

On est déçu, c’est une défaite difficile à encaisser, à digérer. Il nous reste un objectif important qui est le Top 14. On est pour l’instant dans les six, on va tacher d’y rester jusqu’à la fin du championnat pour essayer de remporter le bouclier de Brennus mais évidemment, après une telle désillusion, les têtes sont encore marquées. C’était un objectif très important pour nous et on avait travaillé très dur pour jouer le quart de finale chez nous, avec l'éventualité de recevoir aussi la demie. Avec cette défaite d’un petit point face à une belle équipe, mais sans avoir tout fait pour gagner ce match, c’est cruel, donc difficile à encaisser.

D’autant que vous aviez de grosses ambitions en Coupe d’Europe...

Oui, cela fait quelques années que l’on tourne autour de cette Champions Cup. On était à deux doigts l’an dernier, à cinq minutes près, on soulevait la Coupe (les Franciliens avaient été battus par Leinster, 15-12, ndlr). Et cette année, on tenait vraiment à conjurer le mauvais sort et de remporter enfin la compétition. On a fait une phase de poules intéressante mais on est tombé sur une belle équipe de Toulouse. Et on perd d’un point…

Cette élimination constitue-t-elle un coup d’arrêt dans la progression du Racing ?

C’est un coup d’arrêt, oui, car encore une fois la Coupe d’Europe est un objectif très important ici. On ne l’a jamais remporté. On s’est cassé les dents encore une fois cette année, c’est un coup d’arrêt, on ne va pas se mentir. On a la chance de pouvoir rebondir et d’essayer d’aller chercher un titre. Une fois que la période de déception et désillusion sera passée, on va se remettre à travailler dur pour aller chercher quelque chose. Et dans ces moments, on voit aussi si une équipe a du caractère pour rebondir.

« Lorenzetti a gagné le droit de dire ce qu’il veut »

Quel a été le discours des entraîneurs, Laurent Labit et Laurent Travers, depuis cette élimination ?

Le début de semaine a été un peu difficile parce que quand on revoit le scénario, on voit les séquences de jeu et on se dit encore que l’on avait la possibilité de gagner ce match. Mais à partir de là, il a fallu rebondir en pensant au week-end et au match qui nous attend à Clermont. Je ne sais pas si c’est le meilleur endroit pour se remettre en confiance. (Sourire.) mais on ira avec l’envie de tout lâcher et de ne pas avoir de regret.


Jacky Lorenzetti a critiqué l’attitude de certains joueurs contre Toulouse, Machenaud et Russell (la charnière), et aussi celle du public (1). Comment avez-vous accueilli la sortie de votre président ?

Honnêtement, je n’ai pas vu ses déclarations. J’ai beaucoup de respect pour Jacky Lorenzetti. Si le club en est là aujourd’hui, c’est bien grâce à lui. Ses déclarations ne tiennent qu’à lui et je ne les commenterai pas. Il a gagné le droit de dire ce qu’il veut.

Il dit que le public du Racing n'était pas forcément composé de supporters. Avez-vous senti du soutien contre Toulouse ?

C’est ma vingtième saison au Racing. J’ai connu le stade Yves-du-Manoir avec 200 personnes. Au contraire, je trouve que le public du Racing est plus important et je trouve extraordinaire l’évolution de ce public. Vous ne m’entendrez jamais le critiquer. Je crois qu’il est difficile de supporter un club à Paris, il y a des contraintes qu’il n’y a pas peut-être en province. En déplacement, ils nous suivent et c’est très bien. Je préfère voir le verre à moitié plein, surtout quand on sait d’où on vient.

« On n’aura pas de pression sauf se faire plaisir et évacuer la frustration »

Avez-vous senti le groupe un peu K.-O durant quelques jours ?

Oui et c’est tout à fait normal. Ça ne servirait à rien de se voiler la face et de se dire : "Non, tout va bien, on va aller à Clermont leur en mettre 40". Ce serait se mentir à nous-même. On est marqué, on est touché et encore une fois, la chance qu’on a, c’est qu’on a un peu de temps pour se reconstruire avant les matches couperets et importants qui vont arriver. Est-ce qu’on va se relever ? Je ne sais pas, je mentirais si je vous dit que c’est sûr. On a eu deux expériences négatives en Coupe d’Europe, une fois on a su se relever, pas l’autre, j’espère que cette fois-ci on y arrivera. Je sais qu’on en a les capacités.

Que répondez-vous si on vous dit que ce match à Clermont peut être un bon test pour évacuer cette frustration ?

On n’aura rien à perdre à Clermont. C’est peut-être la meilleure opposition qu’on peut avoir. Si on avait eu un match à domicile très important ou un match chez un mal classé qu’on se devait de gagner pour rester dans les six, ç'aurait été peut-être plus difficile à appréhender. On se déplace chez le deuxième du championnat, invaincu à domicile cette année. On n’aura pas de pression sauf se faire plaisir et évacuer la frustration de ce quart de finale de Coupe d’Europe.

Votre saison a été également marquée par une certaine irrégularité en Top 14. Comment la vivez-vous ?

On a eu une période un peu difficile où on a perdu deux-trois matches à domicile (face à Clermont, le LOU et Toulouse, ndlr) mais heureusement, on a été plutôt performant à l’extérieur. Et ça nous permet de rester dans le coup pour être dans les six à la fin de la saison. Il faudra justement s’appuyer sur notre capacité à ramener des points de l’extérieur car il nous reste deux matches à domicile et quatre à l’extérieur (Clermont, Pau, Perpignan et Agen le 25 mai, ndlr). Celui qui se présente dimanche n’est pas le plus facile mais on fera tout pour ramener quelque chose.

minitaf
Messages : 168
Inscription : 19 déc. 2017, 12:25

Re: Henry Chavancy

Message par minitaf » 07 avr. 2019, 08:36

C'est vrai que finalement, dans notre situation, il vaut mieux jouer Clermont (où il n'y a pas d'enjeu, pas grave si on perd, donc moins de pression) que recevoir le MHR ou le SF, parce que sinon, ils joueraient comme l'EDF sans confiance et avec la trouille de perdre.
je me sens mieux.

Répondre